La Terre du Milieu

Invité, sois le bienvenu en Terre du Milieu. Que tes aventures y soient palpitantes
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Nouvelle un peu morbide d'Alucard

Aller en bas 
AuteurMessage
alucard
Voyageur égaré en quète d'identité
avatar

Masculin
Vierge Cheval
Nombre de messages : 324
Age : 27
Localisation : je ne pense pas que vous tenez à le savoir ...
Date d'inscription : 19/09/2007

MessageSujet: Nouvelle un peu morbide d'Alucard   Mar 4 Déc - 17:42

Journal des rêves et des expériences


La folle épopée



Je sortais lentement de ma torpeur. Je regardais autour de moi et je vis que j’étais en train de marcher au beau milieu de nulle part : des arbres étaient inégalement répartis, ça et là, et de nombreuses collines m’entouraient dans un petit cloaque grouillant de vermines agressives.
Je sortais rapidement du bourbier en grimpant sur la colline en face de moi. En regardant au loin, je ne vis que la pâle lueur du soleil couchant et les champs et les collines qui dominaient cette terre hostile.
Je m’arrêtais un instant et m’aperçut que j’étais vêtu de mailles et de fer ; j’étais équipé d’une large épée avec une gemme verte sur la crosse, d’un heaume et lourd bouclier sur lequel était peint une grande croix d’un noir de jais aveuglant.
J’avais une mine affreuse : les cheveux emmêlé et gras, la tunique sale et en loque, et tout ce qui s’en suit …
Je décidais après un maigre repas de planter ma tente en haut de cette colline et de continuer ma route le lendemain à l’aube.


A mon réveil, j’avais l’esprit embrumé pour cause de mauvaise nuit (cauchemars avec une mauvaise vision), et pourtant très clair sur mon objectif et ma destination finale.

[note de l’auteur (Alucard) : contradiction volontaire !]

Je ne savais pas où j’allais mais j’y allais et mon subconscient, lui, semblait savoir où « on » allait.
Je me levais donc et scrutais l’horizon. Hélas, la brume, que dis-je, un brouillard extrêmement épais s’était attardé sur la terre en contrebas : on y voyait tout juste à cinq mètres.
Au bout d’une petite demi-heure environ, mon esprit s’éveilla : cela sentait une odeur familière … oui … oui c’était cela … cela sentait : LE SANG.
Dans le brouillard, je ne distinguais rien mais je me laissais guider par mon odorat. J’arrivais finalement en face d’un cadavre fraîchement tué, tout juste cinq minutes car le corps était encore chaud.
Le mort était vêtu d’une manière semblable à la mienne, mais lui, ne portait pas d’arme et pourtant, il avait un fourreau. J’en déduisit que son agresseur avait dû prendre ses armes avant de prendre la fuite !
En me relevant, je pus distinguer une ombre furtive qui se glissait lentement sur mon flanc gauche. Je feins de ne pas l’avoir vu et attendis l’attaque d’un air songeur. Je vis soudain surgir sur mon côté un suppôt de Satan, mi-homme mi-loup, puis tout devint nuit !

Mes rêves étaient agités de cri stridents, de supplications et de sang mais ma vision en était brouillée. A mon réveil, je marchais la tête haute vers mon objectif. J'avais la tunique tachée de sang et je me sentais repus.
Vers la fin de l'après-midi, en tout cas à ce qu'il me semblait, le brouillard était toujours aussi dense.

[Note de l'auteur (Alucard) : s'il y a des passages peu clair, c'est fait exprès parce que l'histoire joue sur cette ignorance !]

J'arrivais alors près d'une construction. Après exploration des lieux, cette batisse se révéla être une grange, suffisamment grande pour y installer mon campement provisoire. Je passais donc la nuit dans cette grange apparemment abandonnée.
Mes rêves, toujours aussi agités, se précisaient pourtant : à présent, je voyais des visages horrifiés mais incapables de changer d'expression, horrifiés, le regard vide et le visage couvert de sang !

A mon réveil, je me sentis affreusement fatigué, comme épuisé par une nuit de réjouissance et de forte collation. Je trouvais un bout de miroir dans la grange et pu observer des cernes noires et profondes se dessiner sur mon visage accablé par la fatigue...

Je passais encore deux jours à errer dans la plaine embrumée. Puis, au bout du troisième jour, je sortis du brouillard et montais alors sur une colline pour me repérer. Au loin derrière moi, il y avait de la brume à perte de vue, si bien qu'on ne voyait pas de coupure entre le ciel nuageux et le sol embrumé.
Au loin devant moi, se dressais fièrement une petite montagne qu'il allait me falloir franchir.
Pendant la semaine que cela me pris, il n'y eut rien de notable, si ce ne sont quelques cadavres semblables au premier, qui jonchaient le sentier de manière régulièrement effrayante !

Au sortir de la montagne, on pouvait distinguer au loin une certaine forme de civilisation. En effet, je distinguais vaguement des bâtisses et des rues éclairées : c’était ma halte.
J’arrivais ainsi devant la porte en bois d’un oppidum que de fiers hommes vêtus de grandes tuniques noires où une grande croix blanche était cousue. Les hommes me saluèrent à mon passage bien que je ne les reconnaisse pas.
Dans le camp régnait une grande agitation et un profond désordre. La plupart des personnes que je rencontrais sur mon chemin étaient soit habillées comme moi, soit comme les soldats de la Porte sud que je venais de franchir (ils composaient la majeure partie des hommes du camp), soit ils ne semblaient n’être que des paysans.
Je m’adressais à l’un d’eux pour trouver un endroit où me restaurer (comme une auberge par exemple).
J’entrais donc dans la taverne de « l’enclume brisée », *drôle de nom, mais pourtant il me semble familier* !
Étant nouvel arrivant, je me présentais devant le tavernier pour me restaurer et recueillir de quelconques informations sur les lieux.


A ma grande surprise, le tavernier embla me reconnaître et répondu volontiers à mon interrogatoire !
J’appris ainsi que la grande bataille avait lieu demain et qu’il était étonné qu’un capitaine ne soit pas au courant de ce qui se préparait ! J’appris donc également que j’étais capitaine d’une petite section d’hommes qui m’attendait près de la muraille ouest.
En observant autour de moi, je compris pourquoi l’auberge se nommait ainsi : c’est parce que sur un autel, au fond de la salle, se tenait une enclume noire encrassée et fendue en son milieu. Au bas de l’autel, il y avait un écriteau : « Enclume ayant servie à forger l’épée Escalibur ».


Je me rendis donc au mur ouest pour préparer mes hommes pour demain. Après les avoir briefé selon les ordres que j’avais, je suis allé dormir dans l’auberge que je venais de quitter un instant plus tôt.
Cependant, j’avais une grande angoisse sur mon sommeil (à cause de mes nuits précédentes et de ces cauchemars répétés) ce qui m’empêchait de dormir tranquille et d’un sommeil réparateur.
Finalement le sommeil me gagna (j’étais vraiment trop épuisé), mais mon sommeil fut comme les nuits précédentes : il y avait du sang, des cris, … Seulement cette fois je voyais tout distinctement : je voyais le visage de mes hommes éternellement figés dans la douleur et le désespoir, déformé par l’horreur.
Puis il y eut un flash noir et je me suis éveillé.


Je me trouvais dans une pièce nue et dépourvue de tout meuble, les murs étaient tapissé de sang et le sol était couvert de membres arrachés, de sang et de cadavres déchiquetés, les corps de presque tous mes guerriers étaient étendus à même le sol. J’avais un carreau d’arbalète entre les omoplates …
Je m’écroulais à terre après m’être retiré le projectile, deux hommes médusés se tenaient devant moi. L’un avait une masse à la main, l’autre avait une arbalète déchargée, inutile de chercher la munition bien loin !
Tous deux me regardaient avec des yeux mêlés de stupéfaction et de dégoût.
Ma vision finie par se brouiller et tout devint sombre et triste.

Je me réveillais finalement, j’étais allongé sur une civière sûrement réservée aux blessés et pas aux morts !
Alors que je me relevais, des soldats passèrent à côté et eurent un sursaut. Ils implorèrent une puissance divine pour que je les épargne d’un funeste destin.
A mesure que je m’approchais, leur peur s’atténuait pour finir par disparaître. Ils me jugèrent d’abord comme un démon mais trouvèrent après quelques minutes de réflexion que je n’en avait pas l’allure ; Ils en déduisirent alors que ma résurrection était due au ciel et que la puissance divine m’avait épargné parce que j’étais leur Sauveur !

(J’informe, au cas où vous ne l’auriez pas compris, que nous sommes dans un camp de croisés et d’hospitaliers)

En écoutant leur raisonnement, qui était basé sur des évènements récents, je déduisis toute l’affaire : j’avais été une créature de l’ombre, un VAMPIRE !
Ce qui ce passa lorsque je reçut le carreau d’arbalète, j’ai du mal à l’expliquer mais je vais essayer :
Quand j’ai reçut le carreau, le vampire est «mort» et je me suis «éveillé» de mon «sommeil», mais comme c’était le vampire qui était mort, moi je ne l’étais pas et j’ai «ressuscité ».
Cela ne pouvait être que ça. Et cela expliquait également ma profonde fatigue et le sang de mes rêves : en fait, je ne rêvais pas vraiment, je voyais à travers les yeux du vampire que je possédais en moi.


Avant l’assaut, je rejoignis les quelques soldats qui me restaient : ils étaient craintifs, mais pas par rapport à la bataille, plutôt par rapport à moi. C’était insupportable mais aussi compréhensible !
A l’heure de l’affrontement, nous étions quelques milliers devant la forteresse et à l’intérieur, … il devaient être, … je sais pas moi, … une vingtaine environ ! Peut-être un peu moins !
Mais ne vous fiez pas aux apparences : s’ils sont si peu nombreux, c’est parce qu’ils sont protégé par une aura magique autour du château qui les rend invulnérables ! En effet, quand ils meurent, ils réapparaissent plus loin dans le château.
Cependant, si la cible est tuée, alors ils meurent tous !
Tels étaient nos ordres : occuper les gardes invulnérables pour permettre à l’unité d’élite, des ninjas selon mes infos, de tuer la cible.

L’assaut commença, nos hordes vinrent se briser comme la marrée sur les murs de l’enceinte du château. La bataille tournait mal : nous n’arrivions pas à prendre pied sur les murs !
Lorsque notre bélier « ouvrit » la porte, par contre, nous nous engouffrâmes dans la brèche comme l’eau dans un trou.
Lorsque mon unité et moi furent dans la cour principale, les murs étaient déjà sous notre contrôle.
Le plus facile restait désormais à faire : fouiller les salles du château une à une. Nous ne rencontrâmes qu’une faible résistance dans la cour mais dans le palais, il était humainement impossible de passer : ils tenaient cette issue bien fermement !
Nous étions donc bloqués devant cette porte, dans un corps à corps sanglant, lorsque tout devint nuit (c’est une chose qui commence à devenir habituelle).
Je luttais pour rouvrir les yeux mais en vain, puisqu’ils étaient déjà ouvert. Au fond de moi je le savais mais je n’osais le croire.
Et pourtant, c’était vrai : le vampire était toujours là et il était de retour ! Cette fois-ci je voyais tout vraiment comme si c’était moi qui contrôlais le corps mais je n’étais pas maître de mes mouvements. Je fus impressionné par la brutalité dont je faisais preuve : si bien qu’en quelques minutes, l’entrée du palais était dégagée et nous pouvions entrer tranquillement ! Je repris enfin le contrôle de mon corps et me rua sans réfléchir dans le palais avec mes hommes dont j’avais pris les devant.
Mauvaise idée ! A peine avais-je ouvert la porte qu’un shuriken se planta dans mon crâne fragile.

J’entendis au loin des sirènes de retraite et d’alerte. Moi, je ne bougeais pas, … je regardais mon assassin intensément, et lui aussi me regardait profondément. Je finis par tomber à terre, toujours les yeux fixés sur ce ninja avec un peu trop de réflexes. Je gisais à même le sol et sentis mon essence vitale s’envoler vers ce traître qui allait devenir une créature démoniaque à ma place !
Je ne lui en voulais pas, j’avais même presque pitié de lui. Grâce à lui, j’étais débarrassé de mon fardeau … je pouvais ainsi mourir en paix, un autre souffrirai de l’immortalité à ma place !

Donnez moi votre avis !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ithilwen
Elfe
Elfe
avatar

Féminin
Lion Rat
Nombre de messages : 1078
Age : 33
Localisation : Là où me portera le destin...
Date d'inscription : 24/01/2006

Feuille de personnage
Points de vie Points de vie: 20
Points d'attaque Points d'attaque: 5
Points de défense Points de défense: 5

MessageSujet: Re: Nouvelle un peu morbide d'Alucard   Mer 12 Mar - 21:20

Perso j'ai vraiment bien aimé, le mystère reste jusqu'au bout et c'est bien tourné car on se demande vraiment quel est son unvivers et son époque au début de l'histoire, je ne sais pas expliquer vraiment pourquoi mais j'ai bien accroché.

Je me doutais pas que ça allait finir ainsi, mystere, suspense et surprise ainsi qu'angoisse, bon mélange Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
alucard
Voyageur égaré en quète d'identité
avatar

Masculin
Vierge Cheval
Nombre de messages : 324
Age : 27
Localisation : je ne pense pas que vous tenez à le savoir ...
Date d'inscription : 19/09/2007

MessageSujet: Re: Nouvelle un peu morbide d'Alucard   Jeu 13 Mar - 17:46

Merci beaucoup, le mélange croisé vampire est un truc que j'ai souvent voulut mettre en scène, mais j'ai toujours eu la flème, jusqu'à aujourd'hui !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ithilwen
Elfe
Elfe
avatar

Féminin
Lion Rat
Nombre de messages : 1078
Age : 33
Localisation : Là où me portera le destin...
Date d'inscription : 24/01/2006

Feuille de personnage
Points de vie Points de vie: 20
Points d'attaque Points d'attaque: 5
Points de défense Points de défense: 5

MessageSujet: Re: Nouvelle un peu morbide d'Alucard   Ven 14 Mar - 21:02

bah faut le sentir avant de l'écrire et de rien ce fut avec plaisir Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wilkfrid
Voyageur égaré en quète d'identité
avatar

Masculin
Lion Cheval
Nombre de messages : 47
Age : 27
Localisation : sûrement pas la où vous l'attendez
Date d'inscription : 05/06/2007

MessageSujet: Re: Nouvelle un peu morbide d'Alucard   Lun 17 Mar - 15:53

Moi je la connaissai déjà lol, il me l'avais montrée avant de la mettre sur le forum. Sinon, je suis tout à fait d'accord avec Momo.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Morwen
Homme libre
Homme libre
avatar

Féminin
Poissons Chat
Nombre de messages : 1191
Age : 31
Localisation : Au gré du Vent
Date d'inscription : 18/02/2006

Feuille de personnage
Points de vie Points de vie: 20
Points d'attaque Points d'attaque: 5
Points de défense Points de défense: 5

MessageSujet: Re: Nouvelle un peu morbide d'Alucard   Lun 17 Mar - 16:28

Hein ?? On m'a appelée ?
Citation :
je suis tout à fait d'accord avec Momo
Je n'ai pas écrit dans ce sujet (tout simplement parce que je n'ai pas encore lu ton texte Alucard ^^), donc je suppose que tu es tout à fait d'accord avec Thithil Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://antica.highforum.net
Wilkfrid
Voyageur égaré en quète d'identité
avatar

Masculin
Lion Cheval
Nombre de messages : 47
Age : 27
Localisation : sûrement pas la où vous l'attendez
Date d'inscription : 05/06/2007

MessageSujet: Re: Nouvelle un peu morbide d'Alucard   Mar 18 Mar - 17:06

Pardon !! mille excuses !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Nouvelle un peu morbide d'Alucard   

Revenir en haut Aller en bas
 
Nouvelle un peu morbide d'Alucard
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Petite nouvelle du Renard
» Le kidnapping comme nouvelle forme de déstabilisation
» NOUVELLE INTERVENTION MEURTRIERE DE LA MINUSTAH/FLASH
» Bienvenue à notre nouvelle modératrice
» Coopération Canada/Armée et Haiti ; une idée nouvelle.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Terre du Milieu :: Vos créations :: Vos oeuvres littéraires (Fan-fics) :: Hors Tolkien.-
Sauter vers: